Eguisheim (68)

Autre village de la route des vins d’Alsace , Eguisheim se situe non loin de Colmar . Magnifique village typique alsacien , Eguisheim se déploie en cercles concentriques , il est très agréable d’en faire le tour . On y admire ses nombreuses maisons à colombage richement fleuries .  Vous pourrez découvrir l’église Saint pierre et Saint Paul , pour ma part je n’ai visité que la chapelle Saint Léon IX , dédiée au pape Léon IX qui serait natif d’Eguisheim .

Pour en savoir plus c’est ici .

Chapelle Saint Léon IX  .

 

 

 

Ribeauvillé (68)

Magnifique village médiéval de la route des vins d’Alsace , flâner dans sa grand-rue et ses ruelles est un régal pour les yeux . Maisons colorées et fleuries  , belles enseignes et jolies boutiques , vous ne saurez ou poser les yeux .

Pour en savoir plus c’est ici

 

Eglise Saint-Grégoire de Ribeauvillé et son cimetière des Prêtres .

De style gothique , commencée en 1282 , sa construction se poursuit au 14 et 15e siècle . Les parties occidentales sont achevées en 1473 . Son coeur est reconstruit en 1876 selon le plan primitif .

Le Mont Saint Odile (67)

Lieux incontournable du Bas Rhin , le Mont Saint Odile culmine a 767m d’altitude . Surmonté par l’abbaye de Hohenbourg , couvent fondé par Sainte Odile , patronne de l’Alsace . C’est un lieu magnifique ou j’ai aimé me promener et découvrir des merveilles .

Vous en apprendrez plus par ici .

En traversant le cloître , nous pouvons accéder à la chapelle Sainte Odile ou se trouve le sarcophage  du 8e siècle contenant les reliques de la Sainte .

Nous rejoignons la grande terrasse qui nous offre un panorama sur la plaine d’Alsace . Vous pourrez y voir entre autre , un cadran solaire daté du 17e qui permettait de connaitre l’heure dans différents pays, c’est une pièce unique au monde . Quelques tombes mérovingiennes taillées dans le roc , reste du cimetière du moyen age mises à jour en 1932-1934 lors des travaux de réaménagement des terrasses .La statue de Sainte Odile qui surplombe le Mont …

Construite sur l’emplacement du cimetière mérovingien , nous voila dans la Chapelle des Larmes . Ses bases dateraient du 12e siècle , peut être lors de la refondation du couvent . On dit qu’Odile aurait pleuré et prié dans cette chapelle afin que son père accède au paradis . Ses pleurs auraient érodé la roche . L’interieur de la chapelle est couvert de mosaiques réalisées en 1935 par Alphonse Gentil et Eugène Bourdet . Juste magnifique .

Un peu plus loin , la Chapelle des Anges , construite au 12e siècle et remaniée en 1617 , elle surplombe le mont et serait construite à l’emplacement d’une tour de surveillance du temps des Romains . L’interieur est revouvert de mosaiques également réalisées par Alphonse Gentil et Eugène Bourdet en 1947 . Elle fut un temps appelée la chapelle pendante vu son emplacement avancé sur le précipice . Un étroit sentier en fait le tour , fermé par une grille depuis 1865 et inaccessible vu le danger , on dit que les jeunes filles voulant se marier dans l’année devait en faire 3 fois voir 7 fois le tour !

En contrebas , nous suivons le chemin de croix datant de 1935 , en céramique polychromée du céramiste Elchinger .

Pour finir , la source miraculeuse . En bord de route elle est située en contrebas de l’abbaye , ce serait Saint Odile qui l’aurait faite jaillir en frappant la roche de son bâton afin d’aider un aveugle en détresse . Important lieu de pèlerinage , l’eau est toujours réputée comme pouvant guérir les problèmes oculaires . Bien sur , nous avons comme beaucoup récupéré un peu de cette eau  » magique  » . Petite anecdote , en prenant quelques photos , moi même et mes enfants avons assisté à quelque chose que nous n’avons pas pu expliquer , il y a des bougies chauffe plat derrière la grille posées par les pèlerins , et l’une d’elle s’est retournée pendant que je prenais la photo ci dessous ,  on la voit sur la gauche du trou  , on a cherché, peut être un animal, de l’eau …  mais rien  …  peut être Sainte Odile qui nous a fait un signe  😉

 

 

 

 

Cité de l’Automobile Mulhouse – Incomparables Bugatti (3)

Je poursuit ma ballade au Musée de l’Automobile de Mulhouse au milieu des ROLLS – ROYCE.

*Landaulet Silver Ghost 1924 – Angleterre – 6 Cylindres – 7428 CM3 – 100 km/h

Ce Landaulet est typique des carrosseries produites par BARKER pour la marque ROLLS-ROYCE , qui ne construisait que des châssis à cette époque la . Il fût remis en route par le musée en 1997 grâce à l’aide précieuse du  » Rolls Royce Enthusiasts’ Club  » anglais .

 

*BERLINE PHANTOM I – 1928 – Angleterre – 6 cylindres – 7668 CM3 – 120 km/h

Produite en Angleterre et aux Etats-Unis , elle prend la relève de la célèbre Silver Ghost en 1925 . La version britannique est plus longue de 10 cm . Les deux versions sont équipées de conduite à gauche ou à droite selon les règles de circulation , ce qui ne gêne  en rien le carrossier parisien Binder .

*BERLINE PHANTOM III – 1938 – Angleterre – 12 cylindres – 7340 CM3 – 165 CV – 150 km/h

737 exemplaires de Phantom III furent vendus entre 1936 et 1939 . Ses roues avant indépendantes et un moteur en V inspiré de l’aviation renouvellent l’attrait de la marque . Les carrosseries n’étant jamais produites par Rolls-Royce , c’est le parisien BINDER qui fût choisi par le client .

*Limousine PHANTOM III – 1938 – Angleterre – 12 cylindres – 7340 CM3 – 165 CV – 150 km/h

Cette voiture fût acquise par un industriel du textile en Suisse . Après la guerre elle passe au service d’un hôtel prestigieux ou elle sert à véhiculer la clientèle avant que Fritz Schlumpf ne l’achète . Sa carrosserie est signée par l’anglais Hooper qui a habillé nombre de Rolls-Royce et Bentley .

 

 

Retour Sur L’expo Photo Du 1er et 2 Fevrier au Fidelaire dans L’Eure

Voici quelques photos de l’expo à laquelle j’ai pu participer début février . Une super expérience , de belles rencontres , un village charmant et un Maire , Mr Jean-Claude DUFOSSEY , qui oeuvre pour faire émerger les artistes de tout horizons . Beaucoup de monde se sont déplacés pour nous rendre visite , un article dans le journal local et même un passage sur France 3 Normandie , ce fût une réussite en tout point ^^ A refaire !!

 

Expo Photos Urbex à Le Fidelaire (27) les 1er et 2 Février 2020

 

Bonjour à tous , tout d’abord , je vous souhaite a tous une excellente année 2020 . Qu’elle vous apporte bonheur , joie , santé et tout ce que vous souhaitez !

Si vous êtes dans le coin et que vous n’avez rien prévu pour le we du 1er et 2 février , alors venez nous rencontrer à la salle polyvalente , 7 rue de la Mairie , 27190  Le Fidelaire , lors de notre expo photos ! Nous nous ferons un plaisir de vous accueillir avec les copains photographes ^^

Cité de l’Automobile Mulhouse – Incomparables Bugatti (2)

Aujourd’hui allons faire un petit tour en PANHARD et LAVASSOR .

*La Voiture de l’An I de l’Automobile.

Moteur Daimler type P2C n°77 – 840 cc – Puissance 1cv 3/4 – Vitesse moyenne  12 kmh – Date de livraison 4/12/1891 – Carrosserie d’usine Phaeton avec capotte .

Elle fait partie des 5 premières automobiles construites en série  , à Paris , par la firme Panhard et Levassor . C’est aussi la voiture du premier automobiliste célèbre qui ne soit ni constructeur ni pilote : L’abbé Gavois . Il l’a acheté d’occasion en 1896 , l’a baptisé  » Antoinette  » et l’a utilisé durant 26 ans ! Après sa retraite, il en fait don à l’Automobile Club de Picardie et de l’Aisne en 1928. Restée intacte depuis sa dernière utilisation, elle est classée Monument Historique en 2012 et entre dans les collections de Mulhouse en 2013.

 

*Phaeton tonneau fermé type A2 – 1899 – 2 cylindres – 1653 cc – 6 cv – 30 kmh

Les archives de l’usine précisent que cette  » wagonnette 6 places  » fût vendue à Mr Duval à Paris le 29 avril 1899 pour la somme de 9890 francs .

 

* Coupé chauffeur type X12 – 1912 – 4 cylindres – 4084 cc – 22 cv – 90 kmh

Malgré leur poids élevé qui excédait parfois deux tonnes , ces grandes voitures de voyage atteignaient cependant des vitesses tout à fait honorables .

 

* Biplace sport X41 – 1925 – 4 cylindres – 4846 cc – 90 cv – 160 kmh

Dérivées des 20 cv sport de série , ces voitures de record confirmèrent l’image sportive de Panhard qui utilisait des moteurs sans soupapes .  ( En arrière plan on aperçoit une Mercedes Benz biplace sport de 1929 ) 

 

* Monoplace 35 cv – 1926 – 8 cylindres – 7940 cc – 290 cv – 220 kmh

Après divers améliorations au fil des années , Georges Eston bat le record des 1000 km et des 6 heures , ainsi que le record de l’heure à 214,034 kmh à Montlhéry en 1934 .

 

* Coach type Dinavia – 1948 – 2 cylindres – 605 cc – 28 cv – 130 kmh

L’exceptionnel coefficient de pénétration dans l’air de ce prototype lui permettait de ne consommer que 3,5 L au 100 km . Un projecteur central remplaçait les phares .

 

 

Cité de L’Automobile de Mulhouse – Incomparables Bugatti (1)

En vacances dans la région , comment ne pas se rendre a ce fabuleux musée regroupant plus de 500 véhicules dont la célèbre collection Schlumpf des frères Schlumpf . Crée par Fritz Schlumpf , il s’étend sur plus de 25000  m2 . Collection tenue secrète au départ , c’est en 1982 et après bien des péripéties que le musée ouvre au public .

Jusqu’au 3 novembre vous pourrez y découvrir l’exposition « Incomparables Bugatti « . Nous commencerons donc notre visite avec la marque française Bugatti qui cette année fête ses 110 ans . Elle fût fondée en Alsace en 1909 par Ettore Bugatti .

**Torpedo type 17 – 1914  – 4 cylindres / 1368 cm3 / 18cv / 95 kmh

Le type 17 est une évolution plus spacieuse du type 13 , pour une clientèle plus sportive . La carrosserie  » bateau  » de celui ci est en acajou , sur le model des canots .

 

**Bugatti T21 – 1915 – châssis – 100 cv – 5027 cc – 160 kmh

Ettore Bugatti a toujours été tenté par les performances autant techniques qu’artistiques . Il crée ce moteur de 5 litres à transmission par chaines dès 1912 pour se distinguer dans les plus grandes compétitions de cette époque : Le Mans , Mont Ventoux …

 

**Bugatti type 32  » Tank de Tours  » – 1923 – moteur 8 cylindres en ligne de 1991 cc – 75 cv – 650 kg

La Bugatti type 32 spécialement conçue pour le grand prix de l’automobile club de France 1923 , est une révolution technique et stylistique . Minimaliste et fonctionnaliste , sa forme inédite avec sa carrosserie  » aile d’avion  »  enveloppante , couvrant même les roues , profilée et surbaissée , traduit les incessantes recherches aérodynamiques de Bugatti . Le pilote Ernst Friedrich remportera la 3eme place de l’épreuve courue sur le circuit de Tours . La voiture gardera le surnom de  » Tank de Tours  » .

 

**De gauche a droite :

Bugatti 35 – 1924 à 1927 – Biplace course – 100 cv – 1991 cc – 180 kmh

Bugatti 35a – 1925 à 1927 – Biplace sport – 70 cv – 1991 cc – 160 kmh

Bugatti 37 – 1925 à 1930 – Biplace course – 65 cv – 1496 cc – 160 kmh

 

**Bugatti type 35c – Biplace course – 1926 – 8 cylindres – 1991 cm3 – 125 cv – 205 kmh

Le type 35c se reconnait de loin a ses roues en aluminium coulé d’une seule pièce avec le tambour de frein incorporé . Il possédait des qualités de légèreté et de refroidissement impressionnantes pour l’époque .

 

**Bugatti type 35b – 1927 – Biplace sport – modifié aux USA – 140 cv – 2261 cc – 215 kmh

Nombre de ces bolides connaissent une seconde vie après la compétition lorsque , comme ici , elles sont modifiées par additions d’ailes et de divers accessoires nécessaires au confort de la route .

 

**Bugatti type 35b – Biplace course – 1929 – 8 cylindres – 2263 cc – 140 cv – 210 kmh

Equipée d’un compresseur , la 35b est la plus puissante du fameux type 35 . Fritz Schlumpf  l’acheta d’occasion et participa à de nombreuses courses de côtes avant que ses ouvriers ne lui demandent de ne pas prendre de risques au volant .

 

**Bugatti – Phaeton type 56 – 1931 – Moteur électrique 36 v – 2 vitesses – autonomie 100 km – 1,2 cv

Petit véhicule crée par Ettore Bugatti pour ses déplacements à l’intérieur  de l’usine et dans sa propriété de Molsheim , ce modèle fût construit en 3 exemplaires et vendu 10000 francs en 1931 .  Une 201 Peugeot coutait 17800 francs . Certainement la Bugatti la moins chère .

 

**Bugatti Berline  type 46 – 1933 – 8 cylindres – 5350 cc – 140 cv – 140 kmh

Million-Guiet a carrossé cette 46 selon un brevet de Vizcaya ( caisse en aluminium ) . On notera l’absence de montant central entre les portes avant et arrière .

 

**Bugatti Limousine type 41  » Royale  » – 1933 – 8 cylindres – 12763 cc – 300 cv – 180 kmh

Le châssis fût acquis par l’anglais Foster qui le confia à l’un des plus célèbres carrossiers londoniens : Park ward . Plus tard la limousine a appartenu , entre autres , à l’américain John W. Shakespeare qui effectua à son bord plusieurs traversées des Etats-Unis , du Nord au Sud , sans ennuis .

 

**Bugatti 46 – 1933 – Coach – 140 cv – 5359 cc – 140 kmh

Souvent surnommée  » Petite Royale  » , la 46 est produite de 1929 à 1933 . Sa conduite souple la rapproche d’une Rolls-Royce , ou d’une Hispano-Suiza . La carrosserie surprofilée , inédite à cette époque , fût imaginée et réalisée par Jean Bugatti en 1932 .

 

**Bugatti type 55 – 1934 – Coach – 8 cylindres – 2261 cc – 160 cv – 180 kmh

Cette 55 a voyagé des deux cotés de l’Atlantique , aux mains de nombreux propriétaires , néanmoins elle a eu la chance de rester dans un parfait état d’origine .

 

**Bugatti Roadster type 55 – 1935 – 8 cylindres – 2261 cc – 160 cv – 180 kmh

Ce roadster a été confié au carrossier allemand Erdmann & Rossi de Berlin . Sa façon d’ajourer le capot-moteur , pourvu de nombreuses fentes parallèles , constitue presque une signature . Elle se différencie de la carrosserie d’usine par ses ailes enveloppantes et ses larges portes .

 

**D’autres modèles de 1937 et 1938

 

**Bugatti Cabriolet type 57 sc – 1938 – 8 cylindres – 3257 cc – 210 cv – 215 kmh

Cette Bugatti présente l’une des rares carrosseries produites avec un châssis surbaissé par Van Vooren , installé en région parisienne . Elle fût vendue en Algerie , traversa l’Atlantique dans les années 50 et revint en Alsace en 1964 .

 

**Pour finir ce chapitre , voici la Royale Esders – Roadster type 41 – 1930,1990 – 8 cylindres – 12760 cc – 300 cv – 200 kmh

Ce véhicule est la reconstitution à partir d’un châssis et de pièces mécaniques d’origines , d’une Royale qui existe toujours mais dont le châssis a été recarrossé .

 

 

 

Agma

Suite de Ningyo Hime

Les Cent Ciels

Être, Exister, De-Venir, Vivre, Réalité, Action, Agir, Plaisirs_Emotions_Désirs_Sensations_Emois_Désirs_Perceptions_Réalisations, Jouir

On Stage

L'actualité 100% musicale

Indoprisme

Site consacré à Indochine, à ses 39 ans d'histoire, de musique et de disques

Une ancre à l'Ouest

En Bretagne, on est tous un peu à l'Ouest

Ursae Majoris Photography

"Vivre la tête dans les étoiles"

Céline Petitcuenot Artiste

Bienvenue chez les Fées - Céline Petitcuenot Illustrations

RS Urbex

Ne rien voler, ne rien casser, rester discret.

Exploration Urbaine 06

Once upon a time ...

pteapotes.wordpress.com/

Le Blog Bordelais Bourré de Tannin ! BORDEAUX, Thé, Vin et Bonne humeur, en famille ou entre amis !

Ananas Mangue

6 mois en Asie du Sud-Est en sac à dos : l'aventure d'un couple de réunionnais