Moret sur Loing (77)

Moret-sur-Loing , charmante petite cité médiévale de la Seine et Marne , dont les origines semblent remonter à l’époque gallo-romaine . Elle prend de l’importance en 1801 en entrant dans le domaine royal . Je suis tombée sous le charme de cette antique cité tant l’histoire et les vestiges vous transportent dans le passé . Voici quelques photos pour vous la présenter en attendant de découvrir d’autres facettes de son patrimoine .

Vue sur le pont , l’église et la porte de Bourgogne .

DSC_0254

Le pont et le moulin Graciot sur une île du Loing , aujourd’hui consacré à la sculpture . En arrière plan le donjon .

DSC_0259

Maisons et restaurant sur la rive du Loing .

DSC_0258DSC_0256

DSC_0190

Vue du pont et de la porte de Bourgogne depuis le quai des laveuses. C’est l’une des deux portes fortifiées présentes à chaque extrémité de la rue principale. Monument fortifié, ses deux murs latéraux encadre la herse, elle est datée du XIIe siècle. Comprenant trois étages, elle abrite une exposition sur les fortifications , et au dernier étage, elle offre une vue exceptionnelle sur Moret. Ancienne prison, elle renferme une petite cage en bois du XVIe siècle, rappelant les  » fillettes  » utilisée par Louis XI pour soumettre ses ennemis.

DSC_0237

Détail d’une maison sous laquelle on passe pour arriver dans la cour de la mairie .

DSC_0175

Cette statue de Saint-Michel terrassant le dragon se trouve à l’angle d’une maison caractéristique dont façade et porte d’entrée permettent d’imaginer qu’elle a un passé historique.

DSC_0079

Au détour des rues .

DSC_0151

DSC_0150

D’abord appelé porte de Paris, la porte de Samois commande l’accès à la ville ancienne par l’ouest. Comme son homologue la porte de Bourgogne, postée à l’est, elle est formée d’une tour carrée flanquée vers l’extérieur de deux imposants contreforts, qui portent chacun une tourelle en encorbellement. Elle est percée de deux arcs en plein cintre, entre lesquels coulissait la herse. Une porte de madriers à deux vantaux complétait le dispositif de sécurité.

DSC_0145

L’écusson placé au-dessus des meurtrières, probablement martelé pendant la Révolution, est datable du XVe siècle. Il était peut-être aux armes de France, rappelant ainsi les travaux menés sous Charles VII pour renforcer les défenses. Le passage pour piétons est ouvert dans la courtine à l’époque moderne.

DSC_0153

DSC_0155DSC_0157

DSC_0158

Rue principale avec au fond la porte de Samois .

DSC_0261

A bientôt pour la suite ^^